PAROLE SANS FRONTIERE - PSYCHANALYSE ET EXIL
Vous êtes ici : Accueil » Archives » Les journées de Parole sans frontière 2008 » Etre mère en situation d’exil : "Je préfère ma douleur (...)

Etre mère en situation d’exil : "Je préfère ma douleur d’aujourd’hui à celle d’hier" - par Claude BOUKOBZA - Argument

Argument de l’intervention du 28 mars 2008

D 19 novembre 2007     H 22:34     A     C 0 messages


ÊTRE MÈRE EN SITUATION D’EXIL : « JE PRÉFÈRE MA DOULEUR D’AUJOURD’HUI À CELLE D’HIER »

par Claude BOUKOBZA

À partir de l’expérience de l’Unité d’Accueil Mères-Enfants de l’hôpital de Saint-Denis — hôpital de jour qui reçoit des mères et leurs bébés (0-3 ans) pour une pathologie de la relation précoce mère-enfant —, nous examinerons la situation et les difficultés propres des femmes immigrées qui deviennent mères loin de leur pays et de leur famille d’origine.

Claude Boukobza, psychologue, psychanalyste, co-fondatrice et consultante de l’Unité d’Accueil Mères-Enfants de l’hôpital de Saint-Denis (93).

Références bibliographiques :

« Place de l’enfant dans les familles victimes d’exclusion », in Psychologie clinique N°7, Printemps 1999, Paris, L’Harmattan.

« Etre mère en situation de grande pauvreté », in Etre parents en situation de grande précarité, Fondation pour l’Enfance, Eres, Toulouse, 2000.

« Je suis malade du sang », de la dépression du post-partum, in Les écueils de la relation précoce mère-bébé, dir. Claude Boukobza, éres, coll. Mille et un bébés, 2007

« Je préfère ma douleur d’aujourd’hui à celle d’hier », ibid.

Retour au programme des Journées 2008

Rechercher