PAROLE SANS FRONTIERE - PSYCHANALYSE ET EXIL
Vous êtes ici : Accueil » Archives » L’ethnopsychiatrie : historique et enjeux contemporains - samedi 24 (...) » L’ethnopsychiatrie : historique et enjeux contemporains - argument de (...)

L’ethnopsychiatrie : historique et enjeux contemporains - argument de la journée du 24 mars 2012

D 21 juillet 2011     H 22:39     A     C 0 messages


L’ethnopsychiatrie : historique enjeux contemporains

Argument

L’ethnopsychiatrie a connu un grand succès en France dans les années 80 et 90. Le courant qui la représentait en a quelque sorte confisqué le terme au bénéfice d’une conception particulière, amenant à méconnaître les origines à la fois anciennes et diverses de ce mouvement, sur lesquelles il peut être utile de revenir.

Georges Devereux a laissé une œuvre extrêmement riche et complexe, malheureusement peu connue. L’ethnopsychanalyse qu’il pratiquait et théorisait est assez éloignée de celle qui a pu être prônée par l’ethnopsychiatrie française contemporaine.

Dans ce vaste mouvement qui a consisté à tenter d’adapter les pratiques cliniques et les théories psychopathologiques aux particularités culturelles des patients pris en charge, il ne faut pas méconnaître d’autres sources historiques, même si elles ne sont pas classiquement rattachées à l’ethnopsychiatrie. On peut évoquer l’école de Fann à Dakar et les travaux de Henri Collomb. Les psychiatries coloniales, nord-africaine ou kényane par exemple, ont elles aussi prétendu tenir compte des différences culturelles et adapter leurs théories et leurs pratiques à ces différences. Revenir sur ces épisodes, plutôt sombres, de l’histoire de la psychiatrie et sur les rares, à l’époque, qui ont su les contester, comme Franz Fanon, permet de mettre en perspective les dangers inhérents à la démarche ethnopsychiatrique.

Comment, en pratique, l’ethnopsychiatrie est-elle pratiquée actuellement en France ? De quels modèles et de quelles influences participe-t-elle ?

L’ethnopsychiatrie permet-elle une réelle articulation entre la clinique singulière de la psychanalyse et de l’anthropologie ? Car si chacun convient qu’il est nécessaire de tenir compte de l’univers culturel du patient, la manière dont les données ethnologiques ou anthropologiques interviennent dans la clinique est encore sujette à débat.

Des courants psychanalytiques contemporains ont proposé de concevoir autrement ce rapport psychanalyse / anthropologie tout en reconnaissant la nécessité de tenir compte des spécificités cliniques induites par la migration et l’exil. Une clinique de l’exil a ainsi tenté de s’élaborer, et même récemment une clinique de l’asile.
La journée de Parole sans frontière abordera ces différentes tendances et courants et permettra à chacun de situer sa propre pratique à l’aune de ce repérage.

Rechercher