PAROLE SANS FRONTIERE - PSYCHANALYSE ET EXIL
Vous êtes ici : Accueil » Archives » 2012 - 2013 séminaire Les lieux de la psychanalyse : la technique dans la (...) » Argument de la séance du mardi 12 février

Argument de la séance du mardi 12 février

2012 - 2013 séminaire Les lieux de la psychanalyse : la technique dans la cure chez Lacan

D 27 janvier 2013     H 22:24     A     C 0 messages


Séminaire : La technique de la cure chez Lacan

Argument de la séance du mardi 12 février

Cette première séance nous amènera à prendre en considération les déterminants qui ont conduit Lacan à reconfigurer le dispositif de la cure analytique. Car bricoleur de génie, c’est bien en se saisissant de l’actualité médicale, culturelle, sociétale, universitaire de son époque pour réactualiser les mouvements de pensée, notamment philosophiques sur lesquels il s’appuyait qu’il en est arrivé à fonder une doctrine psychanalytique nouvelle.

L’influence de l’enseignement clinique de Gatien de Clérambault à partir de son approche des délires passionnels , érotomaniaques essentiellement, dans la paranoïa, qui a amené Lacan à sa thèse 1932 sur le cas « Aimée », mais également les faits divers retentissants, les sœurs Papin et Violette Nozière dont il se saisit alors à l’instar des surréalistes, sa rencontre avec Dali sur la question de la paranoïa critique, son accointance avec des écrivains et penseurs travaillés par la question de la langue le poussèrent inexorablement vers les bas-côtés de l’orthodoxie clinique , psychiatrique et psychanalytique, de son époque.

Ce contexte va l’amener à revisiter la doctrine freudienne et à soutenir une position analytique adossée à la question paranoïaque et à la science du langage et donc, de fait, en opposition radicale avec une idéologie post-freudienne, estampillée IPA, arrimée à la question névrotique et à ses déclinaisons dans la cure, l’analyse des résistances et l’identification au moi fort de l’analyste.

Ce virage épistémologique et clinique, se cristallisa autour de la question des « séances à durée variable » baptisées « séances courtes » par les tenants de l’orthodoxie Ipéenne et se conclut par la scission de la SPP en 1953 et par la fondation de la SFP qui, avec le discours de Rome et le début des séminaires permit l’essor de la doctrine lacanienne .

Notre prochaine séance permettra d’évoquer les enjeux de la position lacanienne dans la SPP jusqu’à la création de la SFP, à partir de « La bataille de cent ans » de Roudinesco, et servira de prélude à une lecture « contextualisée » du séminaire 1 : « Les écrits techniques de Freud » et au discours de Rome « Fonction et champ de la parole et du langage »

Jean-Raymond Milley

Rechercher