PAROLE SANS FRONTIERE - PSYCHANALYSE ET EXIL
Vous êtes ici : Accueil » Formations - Enseignements » Séminaire - L’exportation de la psychanalyse : les pionniers » L’exportation de la psychanalyse. Les pionniers (suite - 2014 - (...)

Programme 2014 - 2015

L’exportation de la psychanalyse. Les pionniers (suite - 2014 - 2015)

Introduction critique à la clinique interculturelle et à l’anthropologie psychanalytique

D 2 décembre 2014     H 08:13     A PSF     C 0 messages


Nous poursuivrons cette année l’exploration des rapports entre la psychanalyse et l’anthropologie, à partir des premières expériences de « terrain » mises en place par certains pionniers jusqu’à la constitution d’une anthropologie psychanalytique et clinique, en passant par l’élaboration d’une ethnopsychiatrie / ethnopsychanalyse.

Après l’étude des textes freudiens fondateurs de l’anthropologie psychanalytiques (Totem et tabou notamment), après l’analyse de l’ouvrage de Wulf sachs, Black Hamlet, sorti en 1937, qui est une sorte de biographie psychanalytique d’un guérisseur africain, écrit à partir d’une expérience psychanalytique bouleversante pour le psychanalyste Sachs, nous avons poursuivi avec la lecture de l’ouvrage de Georges Devereux, Psychothérapie d’un indien des plaines,(1951), point de départ d’une œuvre magistrale qui va fonder l’ethnopsychiatrie et l’ethnopsychanalyse, mais surtout fournir pour la première fois un cadre cohérent à l’articulation entre psychanalyse et anthropologie.

Deux autres expériences seront abordées cette année, celle de Parin et Morgenthaler, et celle du couple Ortigues.

En 1963, sort l’ouvrage en son temps célèbre « Les blancs pensent trop » des psychanalystes suisses Paul Parin, Fritz Morgenthaler et Goldy Parin-Matthèy, qui rend compte de la psychanalyse de « trente membres adultes et normaux » du peuple Dogon du Mali.

Les Ortigues publient à leur tour en 1966 leur fameux Œdipe africain, fruit de la mise en place de consultations psychanalytiques pour enfants à l’hôpital de Fann à Dakar, dans le cadre de l’intense activité de recherche clinique encouragée par Henri Collomb.

Ces rares mais précieuses expériences de « terrain » permettront de saisir comment les psychanalystes ont posé les jalons d’une réflexion sur l’universalité de la théorie psychanalytique, respectueuse des différences culturelles, qui ne cessera de nourrir le débat entre psychanalyse et anthropologie jusqu’à ses développements les plus récents.

Rechercher