PAROLE SANS FRONTIERE - PSYCHANALYSE ET EXIL
Vous êtes ici : Accueil » Liens utiles - Partenaires - Financement - Dons » Parole sans frontière au Conseil de l’Europe ; séminaire de la (...) » Séminaires de préparation aux Vèmes journées de la Fedepsy - 2014 - (...)

Séminaires de préparation aux Vèmes journées de la Fedepsy - 2014 - 2015

D 13 décembre 2014     H 19:00     A PSF     C 0 messages


Argument  : Le premier congrès sur la clinique de la déshumanisation nous a amené à situer cette dernière comme processus d’effacement, effacement de l’image, du réel du corps, du nom, de l’acte d’effacement lui-même, de la parole enfin. Les inflexions des symptômes contemporains, leur insistance, ne viennent-elle pas tenter de faire pendant à ces modalités de « déconsistance » ? Aujourd’hui, comment la psychanalyse peut-elle les prendre en compte et comment à partir de ses catégories de la pulsion, de la jouissance peut-elle penser un collectif remodelé par un « escamotage du Réel » ?

Les séminaires de préparation ont lieu de 9h30 à 12h à l’amphithéâtre de la clinique psychiatrique, Hospices Civils de Strasbourg, 1 place de l’Hôpital.

Entrée libre

Programme

- > Samedi 11 Octobre 2014
Table ronde avec Jean-Michel Klinger, Bertrand Piret, Martine Chessari et Jean-Raymond Milley : « De l’aliénation à la thérapie : le Collectif »

« Déshumanisation » et/ou aliénation ? A quels effets la « psychologisation » des rapports sociaux confronte-t-elle les individus aujourd’hui (Lise Demailly) ? A l’heure où le travail social « palliatif » s’inscrit comme une option « politiquement correcte », quel avenir pour le sujet parlant (M.H. Soulet) ?
En 84 / 85 Jean Oury consacre son séminaire à Sainte Anne à ce qu’il appelle « le Collectif », opérateur de la psychothérapie institutionnelle. Appuyé sur le travail de Jacques Lacan il en décline les fonctions qu’il expérimente à la clinique de La Borde. Pratique aujourd’hui officiellement clouée au pilori, au côté de la psychanalyse par le ministère de la Santé.
Or, de la création des instituts de psychanalyse dès 1920 aux engagements idéologiques, théoriques et cliniques de la gauche freudienne, la psychanalyse n’a eu de cesse de mettre en acte la question de son rapport et de son apport au collectif.

- > Samedi 13 Décembre 2014

Michel Patris : “Quand le meurtre s’impose”

L’approche anthropologique du meurtre se perd dans les méandres de la morale et de la psychologie. L’homme est il devenu tel devant l’effroi du sang de l’autre versé ? Certainement pas.
Il a fait de la guerre tout d’abord un rite scandé par les saisons, puis un art qui a connu son apogée et l’annonce de son déclin dans le sacrifice militaire massif de la “première mondiale”. La seconde a inauguré le meurtre organisé des populations civiles, des deux cotés. Nous n’avons plus à nous poser la question :”pourquoi la guerre ?” Mais comment ? Comment tuer devient la règle.
L’ennemi s’appelle “terroriste”. Comme Satan et l’Hérésie, il est partout. Il avance masqué et frappe les innocents. De son hydre il faut couper la tête, en légitime défense, et toujours en vain.
Des commandos opèrent des frappes chirurgicales sur un cancer généralisé tombé du ciel. Du ciel de la haine que l’Occident a semé pendant deux siècles de suprématisme.
Pourquoi les psychanalystes viendraient y mettre leur grain de sel ? Parce que chaque fois qu’on coupe une tête de l’hydre, en toute légitimité, tombe celle du père sagouin de toute justice.
Et comme celle de Louis XVI , non seulement elle repousse, mais repousse l’avènement du droit dans l’infini de l’histoire.

- > Samedi 24 Janvier 2015

Daniel Lemler : « Reconnaître le totalitarisme »

Après les langages post-humains, le désenchantement du monde, on entend depuis quelque temps des voix s’élever pour déplorer que notre société soit en train de se déshumaniser.
Un signal fort de ce processus de déshumanisation est représenté par le repérage des éléments totalitaires dans notre vie quotidienne et particulièrement dans la langue.
La langue est blessée, polluée, empoisonnée. Elle est altérée : certains signifiants ont perdu leur polysémie.
Face à ces blessures de la langue, à cette pollution, véritable empoisonnement, peut-on envisager un antidote ? La psychanalyse offre une voie pour la résistance.

Dernière parution (Daniel Lemler sur Youtube) : Répondre de sa parole

- > Samedi 11 Avril 2015
Jean-Jacques Moscovitz

L’actuel entre intime et politique, entre sujet et collectif : quelle porosité depuis les camps, quel engloutissement du sujet dans le vacarme du monde…

Quelques publications de Jean-Jacques Moscivitz

- > Samedi 17 Mai 2015
Touria Mignotte : « La cruauté ; Le corps du vide »
Cf. l’ouvrage récent de Touria Mignotte : La cruauté

- > Samedi 20 Juin 2015
Jean-Pierre Lebrun
La déshumanisation a à voir avec la façon dont nous traitons ce qui nous caractérise comme humains, à savoir le langage.
Modalité qui nous est propre de tamponner le réel et la jouissance sans limite en contraignant chacun de nous à une négativation.
C’est cette dernière qui s’avère nécessaire pour rendre la jouissance compatible avec le désir.
A contrevenir à ce qu’exigent la langue et le langage, respectivement via l’égalitarisme et le néolibéralisme, c’est la possibilité d’une parole singulière qui est entravée. Sans même le savoir, car l’économie de la jouissance se propose désormais comme tenant lieu d’articulation du désir.
Se soumettre à ce troc ne peut qu’entraîner une déshumanisation, fut-ce par rupture dans la transmission de l’humus humain.
Parutions de Jean-Pierre Lebrun

Renseignements :
Bertrand Piret 0388379545 - Jean-Raymond Milley 0619176597

Rechercher